LES       VOSKHODS

 

Le 10 mars 1962, Korolev proposa un premier projet d'assemblage en orbite, comprenant un nouveau vaisseau, le Vostok-J, conçu pour les opérations de rendez-vous, et un nombre variable de blocs propulsifs constituant un véritable "remorqueur" orbital. Mais ce projet ne verra jamais le jour. Après les missions Vostok-5 et Vostok-6, Korolev voulût poursuivre avec une mission Vostok-7 et Boris Egorov (ainsi que Vassili Lazarev sans doute) fut même désigné pour ce vol. Mais la mission fut annulée car les finalités du programme avaient été atteintes. Fin 1963, l'ambitieux programme Soyouz fut ramené à une mission avec un vaisseau unique, capable d'effectuer des rendez-vous orbitaux, des arrimages et des vols de longue durée. Pour expérimenter ces techniques nouvelles, Korolev décida alors de construire des Vostok améliorés, le Voskhod ("élévation" en russe).

 

Dans le Voskhod il n'y avait pas assez de place pour des combinaisons spatiales Alors, on y prenait place en survêtement. Au moindre problème pendant le décollage, nous n'aurions pas survécu. Alors j'ai proposé à Korolev d'attendre que nous ayons le Soyouz à notre disposition" (traduit de Peter Smolders, in Spaceflight, avril1996). La réponse de Korolev fut inattendue : il affecta Feoktistov à l'équipage du premier vol du Voskhod !Le vaisseau Voskhod partait d'une capsule Vostok élargi et améliorée. Sa longueur totale atteignait 5 mètres, pour un diamètre maximum de 2.43 mètres. Voskhod-1 pesait 5.3 tonnes et Voskhod-2, 5.7 tonnes. Le vaisseau était équipé d'une rétro-fusée permettant de freiner le choc à l'atterrissage et permettre ainsi aux cosmonautes de demeurer à bord (la suppression du siège éjectable permettant un important gain de place). Voskhod-2 disposait en outre d'un sas déployable de 2.5 mètres de long et 1.2 mètres de diamètre.

Une fusée plus puissante était nécessaire pour lancer le Voskhod et on utilisa la version SL-4 destinée au futur vaisseau Soyouz. Sa masse au décollage était de 307 tonnes et sa hauteur, de 45 mètres, son troisième étage emportant 14 tonnes d'ergols de plus que la version SL-3.Un seul vol d'essai eut lieu (Cosmos-47), huit jours seulement avant le premier vol habité. Un second vol d'essai, préparatoire à la mission Voskhod-2 (Cosmos-57), échoua après une mauvaise transmission de données qui déclencha le mécanisme d'auto-destruction.


12 octobre 1964
Voskhod-1
Vladimir Komarov / Constantin Feoktistov / Boris Egorov


Feoktistov dut donc démontrer sa foi en la conception du nouveau vaisseau en étant affecté à sa première mission. Il orbita autour de la Terre pendant un peu moins d'un jour, en compagnie du pilote Vladimir Komarov et du médecin Boris Egorov. Salués à leur décollage par Nikita Krouchtchev, les trois cosmonautes furent accueilli à leur retour par Leonid Brejnev, qui s'était emparé du pouvoir le 13 octobre. La réussite de la mission permit désormais aux Soviétiques d'envisager des missions avec équipage.


18 mars 1965
Voskhod-2

Pavel Belaïev / Alexeï Leonov

Cette mission représentait la véritable raison d'être du programme Voskhod. Le vol fut essentiellement marqué par la première sortie dans l'espace, avec Alexeï Leonov. Mais, au-delà de ce succès, le vol rencontra de grandes diffcultés et frola la catastrophe. En effet, après sa sortie, Leonov connût les pires difficultés pour regagner la capsule, sa combinaison gonflée l'empêchant de franchir de nouveau le sas. Une fois parvenu à regagner sa place, la première écoutille refusa de se refermer complètement. Le système de contrôle environnemental compensa en inondant la cabine d'oxygène pur, exposant ainsi les deux cosmonautes à un grand danger d'incendie. Ensuite, la fusée de rétro-freinage ne put être allumée et il fallu recourrir manuellement à la fusée de secours. Le module de service ne se sépara pas complètement du module de descente et le vaisseau tournoya dangereusement. L'atterrissage n'eût donc pas lieu dans la zone prévue mais dans les monts Oural et l'équipage dut passer une nuit dans la forêt, entouré par les loups, avant d'être localisé. On dût même abattre des arbres pour permettre à l'hélicoptère de récupération de venir se poser à proximité du point de chute.

Après avoir frôler le désastre le programme Voskhod fut abandonné. Une mission Voskhod-3 avait été prévue pour durer deux semaines mais elle fut annulée. Toutefois, il y eût encore un vol de capsule Voskhod, le 22 février 1966, avec à son bord 2 chiens, à des fins de recherche biologique.